Matthieu Muzy – Fondateur de MaxEsport

  • 1) Tout d'abord Matthieu, peux-tu nous présenter ton parcours ?

  • Bien sûr, j’ai fait toutes mes études post-bac en alternance, j’ai donc connu le monde de l’entreprise très tôt. J’ai commencé par un DUT technique de commercialisation, puis une licence en commerce extérieur et enfin un Master 2 marketing et communication à l’INSEEC, le tout en alternance dans des ESN, notamment Capgemini. J’ai ensuite voyagé pendant plusieurs mois, principalement en Asie et en Australie. A mon retour, j’ai travaillé chez Devoteam en tant qu’ingénieur d’affaires pendant deux ans. En 2016, toujours en poste, nous avons créé KNIFY avec mon frère Antoine. Très vite en voyant que le projet avait du potentiel et avec une envie commune d’entreprendre, nous avons décidé de nous y consacrer à 100%. Pari gagnant puisque nous faisons aujourd’hui parti des leaders sur ce marché d’ultra-niche. Nous travaillons maintenant sur Maxesport.gg depuis presque un an et le site est en ligne depuis le premier septembre !

  • 2) Comment vous est venue l'idée de Maxesport ?

  • En réalité on réfléchissait à la suite de notre carrière d’entrepreneur depuis déjà un moment, on voulait un projet sur lequel on pourrait se projeter sur le long terme et un terrain de jeu plus vaste. Étant nous mêmes passionnés et consommateurs d’esports on avait constaté qu’il manquait une véritable boutique esports en France, il y avait donc une place à prendre et MaxEsport est vite devenu une évidence. Nous avions aussi fait deux constats, d’abord, parmi la multitude de marques et produits dits “gamer”, il était très compliqué pour un joueur néophyte de faire le bon choix d’équipement sur un site généraliste. De plus, certaines marques très populaires dans l’esport comme Xtrfy, X-Gamer ou Endgame n’étaient pas connues en France et d’autres plus connues n’étaient tout simplement pas distribuées. Ensuite, un fan d’une équipe esport internationale ne pouvait pas se procurer les produits de son équipe préférée sans passer par un site étranger. Par exemple, un fan de Faze n’avait pas d’autre choix que de commander sur leur site, en anglais, de payer en dollars et d'accepter des délais de livraison importants. En plus de ces constats nous étions convaincu d’avoir toutes les ressources nécessaires et d'être les mieux placés pour mener à bien un tel projet !

  • 3) Quelles ont été les étapes préalables à la création de cette nouvelle entreprise ?

  • Nous avons utilisé le plus possible ce qui avait déjà été fait sur KNIFY, mais comme nous avions beaucoup plus d’ambitions sur ce nouveau projet, nous avons mis les moyens en face, nous avons donc recruté quatre personnes supplémentaires à des postes clés comme le business development ou le social media management. Nous avons déménagé dans des nouveaux locaux plus grands et mieux adaptés. Comme nous sommes un e-commerce nous avons passé beaucoup de temps sur le développement du site maxesport.gg, et nous sommes extrêmement satisfait du résultat à tous les niveaux puisqu'il intègre l’ensemble des best practices actuelles en terme de performance, d’optimisation, de fonctionnalités, d’UX, de SEO, etc. Un des autres gros chantier a été d’identifier et de contacter chaque marque et chaque équipe pour mettre en place les partenariats et sourcer les produits, nous travaillons aujourd’hui en direct avec plus de 50 marques et équipes et proposons plus de 1500 références, la cible étant de doubler ces chiffres en moins d’un an.

  • 4) Dans un secteur aussi occupé que celui-ci, comment avez-vous déterminé les avantages concurrentiels à mettre en avant ?

  • Tout d’abord, nous sommes persuadés de répondre à une demande, et les premiers chiffres viennent le confirmer. Ensuite, nous pensons qu’il y a de la place pour tout monde, le marché est immense et en croissance, nous n’avons pas peur de venir en frontal pour prendre des parts de marché, il suffit de faire les choses aussi bien ou mieux que les autres. Les clients viennent chercher chez nous une expérience, ils se retrouvent immergés dans leur univers. Nous proposons aussi un mix produits inédits avec à la fois des boutiques d’équipes esports nationales et internationales, des périphériques, de la nutrition, des boutiques de jeux esports, etc mais aussi des exclusivités et des produits peu connus en France que nous faisons découvrir. Nous portons beaucoup d’attention à la sélection de nos marques et produits, sur maxesport.gg le client ne peut pas se tromper, nous avons pré-sélectionné les produits et nous l'accompagnons dans son choix au travers de guides, de tutos, et de conseils de joueurs professionnels.

  • 5) [Instant Pub] Quels sont vos axes de développement dans les années à venir ?

  • Nous avons tout juste fini de poser les bases de maxesport.gg, l’équipe, les outils et les process sont en place et tout en continuant à les consolider, nous nous focalisons maintenant sur nos KPI. Le site et notre offre vont continuer d’évoluer selon une roadmap définie et dont nous maîtrisons l’avancement. Jusqu’ici maxesport.gg s’est développé en fond propre, en grande partie grâce aux bénéfices générés par notre première société, en fait c’est un peu comme si nous avions fait une levée de fond en amorçage sur nous mêmes, nous avons réinvesti jusqu’à présent plus de 600K€. Nos coûts de structure sont maîtrisés et nous allons atteindre un premier niveau de rentabilité rapidement. Mais nous avons des projets connexes d’ampleur, comme notre internationalisation, la mise en place d’une MDD et même l’ouverture de points de vente physiques. Cela passera nécessairement par des financements extérieurs et donc une levée de fonds en serie A, mais nous prendrons le temps de choisir les bons investisseurs.

  • 6) Quels indicateurs de performance avez-vous mis en place afin de vous assurer de la viabilité de votre business modèle ?

  • Ce sont les indicateurs de base de tout site e-commerce, nous n’avons pas inventé grand chose, nous suivons à la semaine le trafic sur le site, le nombre de commandes, le chiffre d’affaires, notre nombre de followers et nos positions sur google. Mais comme disait Warren Buffett “Les parties sont gagnées par les joueurs qui se focalisent sur le terrain pas par ceux qui ont les yeux collés au tableau de score”. Donc c’est surtout le build qui m'intéresse, je me pose la question tous les jours de savoir ce que nous n’avions pas hier et ce que nous devons avoir demain, ça peut être une nouvelle team esports, une nouvelle fonctionnalité du site, notre application sur l’apple store, etc. on doit avancer en permanence et dans la bonne direction. Il y a aussi des indicateurs plus subtiles auxquels ils faut porter de l’attention, comme s’assurer que tout le monde partage bien la même vision et reste motivés à fond !

  • 7) Quels sont, d'après toi, les points de vigilance que devrait avoir un entrepreneur désirant créer une start-up dans le secteur du Gaming/Esports ?

  • Ils sont très, (très) nombreux, mais en prenant de la hauteur je dirais qu’il faut s’assurer de viser assez haut et avec un projet solide, après le plus compliqué c’est la mise en oeuvre et pour cela il faut une équipe compétente, il faut ensuite énormément de travail, et surtout de la persévérance voir même de la résilience. Créer une société, la faire grandir et la rendre rentable est certainement un des projets professionnel les plus difficile. Il y a de nombreuses compensations à pleins de niveaux mais il faut en être conscient dès le départ. Autre conseil, progressez aussi personnellement, il y a des milliers de livres, de vidéos, de podcasts, etc. qui vous aideront à le faire. Des tas de personnes ont déjà créé des entreprises successful et même si il y a différents moyens d’arriver à un même but, c’est toujours bien de s’en inspirer surtout qu’on remarque assez vite que certains principes reviennent souvent !


Le tuto

Fiche métier

Focus recruteur

Le média presse Vonguru.fr recrute des rédacteurs gaming/esport - Articles sur la couverture d'événements (LAN/SALON/EVENEMENTS INTERNATIONAUX, etc...) - Articles sur l'esport en général, non centralisé...

N'hésitez pas à consulter une autre de nos interviews