Diane Ollier - Directrice Marketing chez JK

  • 1) Tout d'abord Diane, peux-tu nous expliquer ton parcours ?

  • Je pense qu’on peut le qualifier d’atypique !
    Des études en sciences médico-sociale et psychologie pour finir avec un master en Ressources Humaines en poche !
    Après 5 ans d’expériences RH (chez Brainsonic, Business&Decision et Betclic), je me suis reconvertie dans le marketing.
    J’ai passé 4 ans à travailler la marque Allo Resto, en tant que Community Manager d’abord, puis en tant que responsable Partenariats et Social Media Manager.
    A l’issue de cette expérience, j’ai eu la chance de rejoindre le crew de JK, une agence marketing créative avec une spécialisation gaming et esport.
    Ca fait presque 2 ans maintenant que j’y ai pris la direction marketing.

    Moralité : Ce n’est pas le parcours estudiantin qui façonne le futur professionnel !

  • 2) Lors de laquelle de tes expériences tu as commencé à chatouiller l'univers du Gaming au niveau professionnel ?

  • On se chatouille depuis 2013 maintenant, le temps passe !
    Allo Resto pourra se targuer d’être la première marque non endémique en France à avoir organisé un tournoi esport, c’était sur Starcraft 2 en partenariat avec O’Gaming !
    Les résultats ont été assez intéressants pour que ma direction me donne plus de latitude pour travailler ce “segment de population” et nous avons mis en place beaucoup d'opérations dans les années qui ont suivi, sponsoring, influence, co-branding, opérations spéciales, etc.
    De 2014 à 2017, nous avons fait beaucoup de choses dans le secteur ce qui m’a permi de rencontrer beaucoup d’acteurs de l’écosystème dont Olivier Morin, le patron de JK.
    J’ai été sa cliente avant d’être sa collaboratrice.

  • 3) Comment expliques-tu être passée de chargée de recrutement chez BetClic à CM (puis Social Media Manager) chez Allo Resto ?

  • Version entretien d’embauche :
    RH et CM, même si ce ne sont pas les mêmes leviers, c’est le même objectif : impliquer !
    Impliquer les collaborateurs pour leur entreprise ou impliquer une communauté pour une marque, la problématique reste de générer un sentiment d’appartenance et de le cultiver.
    Version réelle :
    J’ai créé chez Betclic un Twitter qui s’appelle AnnecdotesRH où de façon anonymisée, je racontais mes tribulations de RH et les cas un peu funs auxquels j’ai pu être confrontée (et on en a des bigarrées parfois), ça m’a permis de mettre un petit pied dans le Community Management et j’ai adoré ça ! Puis sur un hasard de Twitter, j’ai pu échanger avec le Social Media Manager d’Allo Resto alors que je quittais mon entreprise et de fil en aiguille, il a mis un contrat sur la table.
    Le hasard et la chance, au final !

  • 4) Quelles différences y- a-t-il entre les missions de Community Manager et celles de Social Media Manager ?

  • Je pense que si on veut simplifier en deux mots, on peut poser “opérationnel” pour Community Manager et “Stratégique” pour Social Media Manager.
    Le SMM, en s’inspirant de la plateforme de marque, va poser une grille de lecture de ce qu’on peut poster ou non, avec quelle tonalité et les objectifs que chaque post doit venir nourrir.
    Il (ou elle) est également en charge de la cohérence de la marque sur les différents canaux où elle prend la parole.
    Le CM créé les posts qui rentrent dans cette grille et fait vivre la marque dans le conversationnel, c’est lui (ou elle) qui crée le lien de proximité.
    Les deux ont en commun l’impératif d’avoir une connaissance pointue de la culture web, de ses tenants et aboutissant, de faire une veille quotidienne sur ce qu’il s’y passe pour ajuster la communication et d’avoir une plume impeccable.

  • 5) [Instant PUB] : Et JK du coup, qui êtes-vous ?

  • JK c’est une entreprise à trois visages :

    Agence marketing créative :
    Comprendre les enjeux et objectifs de nos clients et leur proposer l’accompagnement qui leur permettra de les atteindre. De la Brand Culture à l’événementiel, de l’acquisition à l’opération spéciale ou de la stratégie marketing globale au Community Management, nous sommes une boite à outil assez complète, dans le gaming et l’esport mais pas que !

    Société de production audiovisuelle :
    Réaliser des vidéos qui rendent nos clients fiers, de la pub télé à l’émission complète, du spot pétri d’effets spéciaux à l’aftermovie, de l’écriture à la réalisation.

    Agence de talents :
    Notre postulat est de travailler avec des performers plutôt que des influenceurs, des gens qui ont un talent spécifique et qui peuvent animer une scène, une conférence ou prendre la parole en interview avec une connaissance des enjeux de marque.

    Avant tout, nous sommes une petite structure indépendante qui essaye de vivre en accord avec les valeurs communes de ses collaborateurs.
    Notre fierté (et c’est assez rare dans l’esport) c’est de ne travailler qu’avec des gens contractualisés, trop de gens passionnés acceptent des situation précaires qui ne leur permettent pas de se projeter dans une vie perso épanouie, on préfère prendre des risques mais que les gens se sentent bien !

    Une boîte où il fait plutôt bon vivre en somme :)

    Nos références : Orange, Playstation, Ubisoft, Riot Games, Renault, Netflix et plein d’autre.

  • 6) Tu occupes aujourd'hui le poste de Directrice Marketing chez JK : qu'as-tu mis en avant afin de justifier ta pertinence à ce poste, lors du recrutement ?

  • Mon recrutement a été un peu spécial.
    Comme évoqué plus haut, j’ai été cliente de JK lorsque j’étais chez Allo Resto (et une cliente disons, pointilleuse… Ils ont dû se dire qu’il valait mieux m’avoir de leur côté !), puis j’ai été freelance pendant quelques mois et j’ai réalisé une mission pour JK sur un appel d’offre en stratégie marketing.
    Considérant que j’ai signé mon contrat dans la foulée, disons que ça s’est plutôt bien passé !
    Mais si j’avais passé un entretien formel, je pense que pour un poste comme le mien, au sein d’une agence, l’essentiel est la compréhension du marché et des enjeux de chaque client pour leur proposer des activations pertinentes.

  • 7) Enfin, le conseil du Chef : Tu sembles avoir un profil « couteau suisse », alors que l'industrie paraît rechercher de véritables techniciens dans un domaine précis. Penses-tu ainsi que des profils multi-casquettes plus généralistes ont aussi de véritables chances d'être embauchés ?

  • Tout dépend de l’expertise nécessaire pour le poste et de la taille de la structure je pense. Une petite boite ira, selon-moi, plus volontiers chercher des gens qui peuvent assumer des tâches variées, là où des boîtes plus structurées ont besoin d’experts dans leur domaine.
    Je pense qu’une fois qu’on a trouvé la voie dans laquelle on se projette, il faut faire des choix pour sa carrière… Et choisir, c’est renoncer :)


Le tuto

Fiche métier

Focus recruteur

Nous sommes une jeune structure gaming fondée le 07/05/2020 nous comptons actuellement (le 30/05/2020) 350 membres sur notre serveur discord et nous ne comptons pas nous arrêter là.Notre structure compte 4 Poles : le pole Rocket League,...

N'hésitez pas à consulter une autre de nos interviews